Valéry Aubertin

Catalogue

" ... ET LE SOLEIL SE DECHIRAIT. " op.7, pour orchestre (1994-95 - 17 mn)

Nomenclature : 3.3.3.3 - 4.3.3.1 - Timb. 3 perc. - Cel. Hpe. - Cordes 16.14.10.8.6
Editions BILLAUDOT
(partition et matériel d’orchestre en location)
1er Prix du 40ème Concours International de Composition de la Ville de Trieste (Italie, 1995)

UNE AURORE op.8, pour orchestre (1996 - 10 mn)

Nomenclature : 3.3.3.3 - 4.2.0.0 - 2 perc. - Cel. Hpe. - Cordes 16.14.10.8.6

JAHRESZEITEN, pour soprano et orchestre à cordes (2002 - 14 mn)

Cordes : 4.3.2.2.1 (effectif minimum)

LEVER DU JOUR , pour chœur mixte et orchestre (2002-2003 - 10 mn 30)

Nomenclature : 2.2.2.2 - 4.2.4.0 - 2 perc. - Hpe - Cordes 12.10.8.6.4
Poème de Dante Alighieri

QUATRE BAGATELLES, pour orchestre (2009 - 11 mn 30)

Nomenclature : 3.3.3.3 - 4.4.4.1 - 2 perc. - Hpe. - Cordes 14.12.10.8.4

SYMPHONIE I, pour 10 instruments (2010-2011 - 18 mn)

Nomenclature : 1.1.1.1 - 0.1.1.0 - Guit. - Cordes 1.1.1.0

SYMPHONIE II, pour orchestre à cordes (2014-2015 - 20 mn)

Cordes : 4.4.3.2.2 (effectif minimum)

" ...et le soleil se déchirait "

En 1995, le "Concours international de composition de la ville de Trieste" (membre de la "Fédération mondiale des Concours de musique internationaux" de Genève) décernait à l'unanimité son Premier Prix à l'oeuvre de Valéry Aubertin : "...et le soleil se déchirait" op.7, devant 216 compositions orchestrales venues du monde entier.

Le jury était présidé par M. Luciano Chailly, compositeur et chef d'orchestre, père du célèbre Riccardo Chailly. Le jury donna un compte-rendu dans lequel il mit en valeur "la notevole maturità e le pregevoli qualità tecniche dimostrate nell'inventiva e nell'elaborazione" ("la remarquable maturité et les précieuses qualités techniques démontrées dans l'invention et l'élaboration") du compositeur de 25 ans.

Les premières exécutions furent données à Trieste les 27 et 29 octobre 1995 et à Udine le 30 octobre 1995 par l'Orchestre symphonique du Teatro Verdi de Trieste, sous la direction de Lü Jia.

" Symphonie I "

Plus récemment fut créée la "Symphonie I" pour 10 instruments. L'Ensemble Utopik, sous la direction de Michel Bourcier, donna cette première le 12 octobre 2012 au Lieu Unique, Scène Nationale de Nantes.

Cette oeuvre est le début d'un cycle musical issu du concept de "symphonie" : des partitions en plusieurs mouvements contrastés, dont certaines seront des "symphonies de chambre" (comme la "Symphonie I" mais avec des effectifs instrumentaux changeants), d'autres seront destinées aux nomenclatures plus traditionnelles (orchestre à cordes ou symphonique).